Réponses à nos courriers concernant la situation de la pêche granvillaise face à l'accord du brexit et le dernier en date du 8 juillet:

Situation 2020 : une chute des apports en criée

« Comme toutes les criées de France, celle de Granville a enregistré une baisse des apports », a constaté Jean Morin (vice-président aux infrastructures et à l'habitat du Conseil départemental, président de la Société publique locale d'exploitation portuaire de la Manche). Cette diminution du tonnage débarqué s'élève à 23 % dans la cité corsaire. Elle concerne particulièrement le bulot (- 33 %), pour lequel des journées de pêche avaient été fermées dès le printemps, ainsi que le pétoncle (- 47 %), en raison d'une chute des exportations vers le marché espagnol. Les responsables se satisfont néanmoins des bonnes ventes réalisées durant les fêtes de fin d'année. Autre bonne nouvelle : la coquille Saint-Jacques ne semble pas connaître la crise, avec une débarque qui a augmenté de 17 % en 2020 et une ressource particulièrement abondante dans la baie.

Quoi qu'il en soit, la filière pêche est aujourd'hui dans une position d'attente quant à la réouverture des restaurants. Les professionnels suivent également avec attention les négociations menées à la suite du Brexit. Après la fin du traité de la baie de Granville, un nouvel accord doit être finalisé d'ici le 30 avril 2021 pour organiser l'accès aux eaux de Jersey.

port de peche.jpeg
_1010986.jpeg